Contre la mort, le plaisir

Chers Lecteurs,

Demain lundi, puis mercredi, Liquid Love publiera deux articles. Sur les liquides, bien sûr.

Ces articles étaient en boîte depuis mercredi dernier. Vendredi soir, quelques misérables transformaient Paris ma rose en bain de sang. Fallait-il annuler la publication ? La reporter à des jours meilleurs ?

J’ai décidé qu’il n’en était pas question.

Publier un article n’a rien à voir avec le respect des défunts. Publier un article, c’est une activité du quotidien. Se sent-on coupable de prendre le métro, de préparer le repas ? Si je cire mes chaussures, est-ce un manque de respect ?

Je refuse de laisser, même pour vingt-quatre heures, mourir la vie. Ces pauvres types n’avaient aucune idée de ce qu’est la joie de vivre. Ils étaient, en revanche, bien décidés à lui faire la peau.

Sans comprendre qu’ils s’attaquaient à plus fort qu’eux.
L’âme de Paris se grave dans l’usure des pavés, elle s’échappe des terrasses, elle sillonne la ville sur le dos des tramways. L’âme de Paris enrobe les jeunes filles amoureuses, propulse les bandes de potes, fait des bisous aux musiciens. Elle boit des coups, elle fait du bruit, elle rentre à pied.

Et mes quelques lignes sur un liquide à la poire ? Il ne s’agit que de petits plaisirs, de nuages parfumés, d’un éphémère inessentiel. Et c’est bien là le coeur de la chose. Tant que nous continuerons à exalter le plaisir comme denrée de première nécessité, nous resterons nous-mêmes. Nous resterons Paris.

Je présente mes condoléances les plus attristées à ceux qui ont perdu un proche, un ami, une chaleur, une lumière. Et je dis aux autres : chaque minute de bonheur, aussi vaporeuse soit-elle, nous éloigne de la barbarie.

Paris, le 15 novembre 2015.

Photo : le trio de musiciens-comédiens Triwap, à la bonne humeur contagieuse, sur les toits de Paris en 2011. © Marie Julliard.

Publicités

2 réflexions sur “Contre la mort, le plaisir

  1. Bonsoir à tous,
    C’est le cœur lourd et le souffle court que je lis ces quelques lignes qui résument si bien notre état d’esprit à tous.
    Je ne peux que te rejoindre, CineMiam.
    La vie continue et prendra le dessus, grâce à toi, à vous, à nous. Doit on figer le temps et se sentir coupable? Non, certainement pas. Nos proches disparus auraient sans doute souhaité que notre vie continue, que l’on s’épanouisse, que l’on travaille à un lendemain meilleur, que l’on soit heureux, tout simplement.
    Et ce sont ces petites futilités et toute cette somme de détails, qui ponctuent nos existences et distillent nos émotions, jusqu’aux frissons serpentant le long de notre colonne vertébrale..
    Ne vous privez pas de ressentir autre chose que de la tristesse, ne culpabilisez pas de sourire, ne leur donnez surtout pas raison!
    Car ici bas, au pays des lumières et des droits de l’homme, nous cultivons tous la tolérance, la solidarité, le respect de la vie.
    Mes pensées les plus sincères et bienveillantes accompagnent ceux qui ont perdu un proche, ceux qui ont peur, et à ceux qui nous aideront à tous nous relever.

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne sais pas si cela est de circonstance mais cet événement m’a évoqué une œuvre qui regroupe pas mal d’émotions éprouvées ce WE. Ces barbares étant autant les ennemis de l’Art que de la vie l’effet est double.

    Cet œuvre s’appelle BEAUTY, de Rino Stefano Tagliafierro. C’est un film de 10min dans lequel s’animent une centaine de tableaux. Un hommage au cycle de la vie, à sa beauté mais à sa part sombre également.

    https://vimeo.com/groups/167746/videos/84027636

    J'aime

À vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s