White Rabbit, noix de coco à pattes de velours

White Rabbit Tenniel

White Rabbit de Alice in Vapeland : une noix de coco très très douce, assez peu sucrée, et curieusement addictive. 

Plaisirs

Depuis longtemps, je cherchais une noix de coco. Souvenir d’un narghilé istanbuliote. Ma rencontre avec ce lapin blanc fut malgré tout inattendue.

« Macaron noix de coco », me dit le charmant vendeur d’une boutique voisine. Fort bien, mais de quel macaron parle-t-on ? Il y a celui de Joyeuse, tout croquant. Celui de Montmorillon, un balèze au coeur tendre. Le parisien, celui que l’on trouve désormais partout en pâtisserie, follement émancipé par Ladurée et Pierre Hermé. Leur point commun ? La poudre d’amandes. Zéro noix de coco à l’horizon. Comprends pas.

Quelques taffes plus tard, ma conviction est faite. Pas un poil de macaron dans ce lapin. En revanche, c’est de « macaroon » qu’il s’agit. Le mot anglais, qui désigna d’abord les macarons de la famille Montmorillon, s’applique également à leurs variantes. Dont celle à la noix de coco. Qui s’intitule, en français, un congolais.

Ça tombe plutôt bien. J’adore les congolais.

Et avec tout ça, il est comment, ce lapin ?

Ma foi, c’est un lapin.

Blanc. Tout doux, très discret, fourrure froufrouteuse et truffe rose. La noix de coco torréfiée fait 95% du travail. Très plaisante, elle est rehaussée par un sirop de sucre fort bien dosé. L’ensemble est discrètement sucré, pas écoeurant du tout, assez moelleux. En note finale, une minusucule pointe de jus de citron apporte un peu de profondeur.

J’avoue continuer à être surprise par ce lapin aux petites oreilles. Moi qui goûte particulièrement les liquides musclés, je me suis prise d’affection pour cette petite boule de poils. Le matin, c’est exactement ce dont j’ai envie. J’aurais du mal à m’en passer.

Déplaisirs

C’est un jus un peu monocorde. Les liquides plus complexes ont d’habitude ma préférence. Impossible pour moi à vaper en all day : une fois sortie du brouillard cotonneux matinal, j’ai envie d’une présence plus énergique.

Parce qu’il faut bien le dire, je cherche encore le hit au fond de la bouteille. J’ai peut-être eu tort de le prendre en 6 mg/ml. En même temps, ce côté ouatiné lui va comme un gant.

White Rabbit blowing trumpet

Notes aromatiques

Avant-bouche : Noix de coco douce
Note dominante : Congolais, noix de coco toastée et légèrement sucrée
Notes secondaires : Pas vraiment
Arrière-bouche : Pointe de jus de citron

Longueur en bouche : Je ne lui trouve pas beaucoup de persistance
Rondeur en bouche : Très jolie rondeur.

Qualité de la vapeur : Onctueuse
Volume de la vapeur : Assez abondante

Hit : Honnêtement, très peu de hit. Si on en cherche, il est prudent de le goûter en 12 mg/ml, voire davantage.

Fidélité à la promesse : Indubitablement un lapin, et blanc sans aucun doute. Est-ce celui d’Alice ? Il n’est pas en retard, il ne joue pas de la trompette. Mais il invite bien à prendre le thé.

Mad Tea Party

Fiche pratique

Alice in Vapeland est une société américaine basée à Albuquerque (Nouveau-Mexique). L’équipe de passionnés travaille en mode artisanal, ne sortant que des petites fournées de liquides à base d’arômes naturels. La composition exacte de leurs jus, en particulier le mix PG/VG, reste confidentielle. La durée de conservation des flacons est courte. 

Version testée :
Base PG / VG : ? Au vu de la rondeur en bouche et du volume de fumée, au moins 40% VG à mon avis.
Nicotine : 6 mg/ml
Prix d’achat : 12,90 E, 18 ml

Temps de décantation avant premier essai : 0, trop gourmande. Pas senti beaucoup d’évolution dans les jours qui suivirent l’ouverture.
Méthode de décantation : 0

Lieu d’achat : Boutique Moonvape, 14 rue Linné, 75005 Paris. Lien vers le produit : http://moonvape.fr/alice-in-vapeland/99-white-rabbit.html
Date d’achat : 05/04/2014
Date de péremption : 05/2014
Pays de fabrication : Etats-Unis

Flacon (18 ml) : Plastique souple, non teinté. Pas de mentions de sécurité, pas de bouchon sécurité enfant. Bec verseur un peu épais. Étiquette noir et or mais pas très jolie. Elle rappelle plutôt l’Alice de Disney que celle de Lewis Carroll, ce qui m’agace. L’ensemble assez cheap est rattrapé, sur le plan esthétique, par un joli médaillon en métal argenté, que l’on peut glisser sur une chaîne ou un ruban. Il paraît que les bouteilles de plus grande contenance sont plus jolies.

Testé sur ce matériel.

Toutes les images de cet article : © Sir John Tenniel. Illustrations pour Alice’s Adventures in Wonderland de Lewis Carroll.
Publicités

7 réflexions sur “White Rabbit, noix de coco à pattes de velours

  1. bonne description de ce juice,pas le meilleur des aiv,je lui prefere le zombie apocalypse…
    pas des « all days » pour moi et oui le taux VG est important 50/50 au minimum a mon avis…
    tres beau bog,respect de savage.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est gentil, merci beaucoup, Savage ! Je suis très touchée que le blog te plaise.

    Plutôt d’accord avec toi : les AIV sont plaisants en ponctuation, mais je n’ai pas encore trouvé un all day dans leur gamme. Ceci dit, je n’ai pas tout goûté.

    Pour la VG tu as certainement raison.

    Merci de m’avoir lue !

    J'aime

    • Ah bin ça alors, c’est rigolo ! 🙂 Moi, je n’ai que ça, de la coco. Pas une once du côté toasté de la noisette ni du goût beurré des autre noix que vous citez. Juste une coco râpée, séchée, presque pas torréfiée. Faut croire que ce lapin est farceur !

      J'aime

  3. Pingback: La Conjuration des Illettrés | Liquid Love

À vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s