Mixology, les nouveaux Five Pawns

Mixology : cinq liquides complexes, à dominante gourmande et longs en bouche. À vaper comme on débouche un grand cognac.  28 Euros les 30 ml.

« On sera les premiers à les recevoir en France. Dès qu’ils arrivent, on fait une soirée, pour vous faire goûter. Certainement autour du 1er mai« . Le muguet fleurissant, puis fanant, l’impatience grimpait. Les Ricains auraient-ils vapé tout le stock ? Le transatlantique chargé des précieux tonnelets aurait-il rencontré un iceberg ? Ou plus modestement, Guillaume aurait-il perdu mon e-mail ?

Apparemment, les Five Pawns, c’est comme le muguet : ça fleurit quand ça veut. Rendez-vous fut pris pour une soirée dégustation le 7 mai dans la chouette boutique Ecig-shop, rue Quincampoix, à Paris.

C’est une boutique comme on aimerait en voir plus souvent. Je le dis d’autant plus librement qu’en dehors des 10% de remise consentis à tous les invités de la soirée, elle ne m’a rien offert, que des clearos de dégustation bien garnis, quelques bières, des crackers et un moment de vape extrêmement sympathique.

Invités

Le lieu est petit mais confortable. On s’installe (surtout moi) au creux de bons fauteuils à l’ancienne, dans un décor vintage-chic aux airs de maison de campagne de la grande-tante. Portraits aux murs, batteries sous cloche de verre, menus dans des cadres dorés… Et une équipe aussi avenante que pointue dans sa vape. On s’y sent bien.

À ce stade, vous êtes sur le point de m’envoyer votre drip tip à la tête. Entrons donc dans le vif du sujet : les cinq nouveaux liquides Five Pawns. La gamme s’intitule Mixology. Car si la précédente collection s’appuyait sur une palette de goûts pâtissiers, celle-ci fait les yeux doux au monde des cocktails.

Castle Long : Bourbon caramélisé, noix de coco et amandes

Vous le reconnaissez ? Dans la première collection de cinq liquides, c’était le sixième, vieilli en fût de chêne. Si vous l’aimiez dans son tonnelet, j’espère que vous en avez matelassé votre cave. Car de cette version-là, il n’y aura plus. Jamais. Le Castle Long nouvelle version conserve les mêmes ingrédients, moins le tonneau.

L'entrée de la boutique, et the famous tonnelet au bout.

L’entrée de la boutique, et the famous tonnelet au bout.

On retrouve cette note dominante de bourbon sucré à la cassonade. C’est un peu la marque de fabrique des Five Pawns que cette note de tête ample, ronde, caramélisée, quasiment crème brûlée au Jack Daniels’. C’est très gourmand, avec beaucoup de corps. Mais cela ne laisse que peu de place aux arômes complémentaires.

Pourtant, le Castle Long se défend bien de ce côté. La vanille assez fine vient enrober une noix de coco grillée bien présente et, plus loin, des amandes à peine torréfiées. C’est une combinaison gagnante.

Sauf qu’elle ne libère vraiment sa puissance, sa complexité et pour tout dire son goût, que sur du très bon matériel. Ça fait trois fois que je le goûte. Sur Evod, dans sa version « fût de chêne », il n’avait aucun intérêt. Sur ProTank, c’était un bourbon caramélisé à la noix de coco, agréable mais pas mémorable. Et puis, lors de cette soirée, quelques amis en garnissent leur beaux drippers et leurs atos de compétition. Et là, ce jus peut enfin déployer ses ailes.

D’ailleurs, nombreux sont les pros du reconstructible qui sont repartis avec leur fiole de Castle Long. Si vous ne boxez pas dans cette catégorie, vous risquez de trouver ce liquide assez limité.

Lucena : Pêche blanche et son biscuit noisette

Quand on sort un juice comme celui-ci, je trouve dommage de le perdre dans une rafale de cinq bouteilles. Si on le compare au reste de la gamme, le Lucena, c’est la petite soeur blonde et mignonne qui trouve sa place dans une fratrie de costauds trompe-la-mort.

Présentoir recadré

Une pêche blanche. Juteuse et fraîche, ample, très bien restituée, elle domine l’ensemble. Derrière, s’appuyant sur la contrebasse d’un alcool brun à la cannelle, on sent bien la noisette, plus marquée et moins grillée que dans d’autres créations de cette gamme.

Avec une description pareille, on se serait attendu à un dessert de mamie, un crumble aux pêches ventripotent. Pas du tout. La fraîcheur de la pêche se débrouille comme une grande pour dominer le côté pâtissier.

C’est un jus qui mériterait un lancement à part entière pour trouver son public. Il plaira aux amateurs d’une vape plus fruitée, moins lourdement gourmande, à ceux qui recherchent des saveurs naturelles complexes mais qui ne se marchent pas dessus, à ceux qui ont envie de légèreté pour l’été. J’avoue qu’il m’a bien plu ; je demanderai sans doute à le re-goûter (je sais, j’abuse) tout seul.

Sixty-Four : Agrumes et concombres, pour les amateurs d’amer

C’est lui, mon coup de coeur. Il a fait craquer mes papilles et ma carte de crédit. Je préviens d’emblée que c’est le moins gourmand, le moins pâtissier des cinq.

D’abord, le pamplemousse. Pas fruit frais, plutôt zeste confit ou liqueur douce. Je subodore aussi la présence d’un peu d’orange sanguine et de zestes de citron.

64 GP

Derrière, en embuscade, guettant son heure, le concombre masqué. Je ne plaisante pas : il y a du concombre par ici. En France, on a moins l’habitude, mais les Anglois pratiquent beaucoup le concombre dans les cocktails amers, dans le Pimm’s notamment. Lequel Pimm’s est beaucoup plus proche de ce liquide que le mojito concombre dont il se réclame. Terriblement rafraîchissant. J’ai beaucoup apprécié la longue note végétale du concombre, sans sucre et sans crème, qui détermine la personnalité du mix.

La menthe arrive en pointe finale. Elle réveille l’ensemble d’un tout petit coup de pique, sans être trop présente. Au point même que sur la durée – quelques bouffées – on l’oublie. Car elle est équilibrée par une note d’aneth, plus herbacée qu’anisée, qui fait beaucoup pour la complexité de ce jus.

Il faut aimer comme moi les boissons amères, les Americanos et les Pimm’s, le Campari et le Schweppes, pour apprécier un liquide qui dérouta plus d’un amateur de friandises. Mais quand on aime, c’est royal. Et, le point mérite d’être précisé, le Sixty-Four résiste très bien à des clearos tout simples style Evod.

Bouteilles et bouteilles

Des liquides, et des liquides.

Perpetual Check : Bonbon anglais au cassis – and so much more

Ce soir-là, il y eut deux camps. Les tenants du Perpetual Check, pas loin de le préférer aux autres, et ceux qui l’ont trouvé limite déplaisant. J’ai le regret de faire partie des seconds.

Ne lui jetons pas la pierre : le Perpetual Check est loin d’être un mauvais liquide. Mais son côté bonbon anglais au cassis, fruité mais bien sucré, entre à mon sens en conflit avec tout un tas de machins. De la cannelle, des agrumes, une figue qui n’a rien à faire là, et un goût étrange qui s’est révélé être de l’orge.

Pour moi, c’est un liquide qui se cherche, qui hésite entre le fruité, l’agrume, l’épicé et le gourmand. Je n’ai rien contre les jus bizarres, bien au contraire.. Mais je n’ai pas trouvé dans celui-ci l’équilibre et l’harmonie qui m’auraient convaincu.

Peut-être faut-il le vaper sur du matériel reconstructible. J’avoue que je n’ai pas essayé. Mais sur un ProTank, résistance neuve, il ne m’a pas emballée.

Alex, musicien et vapoteur, en pleine reconstruction.

Alex, musicien et vapoteur, en pleine reconstruction.

Fifth Rank : Citron vert, aromates, incident diplomatique

J’attendais beaucoup de celui-ci, après lecture du descriptif. Du marrube blanc, une herbe à l’arôme entre thym et romarin. Des amandes torréfiées, un zeste de citron vert, et du mousseux.

Ça attaque sévère avec le citron vert et le marrube qui vous rentrent dedans. Normalement, j’aurais dû aimer. Je me fais des DIY agrumes-romarin, c’est le même esprit. Sauf que non, ici l’harmonie n’y est pas. Je dirais même que ça tourne à la scène de ménage.

Par derrière, une crème vanillée tente de rattraper le coup et ne fait que semer la pagaille. Intervention des amandes, qui auraient mieux fait de rester chez elles, et du champagne mousseux qui en rajoute une louche.

Résultat ? Baston générale. Un liquide très fort, qui vous tape dessus.

Beaucoup trop agressif pour moi.

Mais peut-être se bonifiera-t-il avec le temps ? Si vous l’avez laissé steeper, vos impressions m’intéressent.

Menu

À vouloir trop en faire…

Mon avis global sur la gamme ? Il y a de très bons liquides. Et selon vos goûts, vous en trouverez au moins un qui vous conviendra. Je suis enchantée de mon Sixty-Four, et s’il avait été moins onéreux, j’en aurais acheté davantage.

Je suis plus réservée sur la démarche de Five Pawns dans son ensemble. À côté de la qualité indéniable de certains jus, d’autres n’étaient probablement pas aboutis et donnent l’impression d’avoir été lancés dans la précipitation.

Certains m’ont laissé la sensation d’avoir fait compliqué pour le plaisir de faire compliqué. Comme si un très bon liquide plus simple n’avait pas justifié le prix, assez sévère : 28 Euros les 30 ml, identique chez tous les distributeurs.

C’est dommage, d’être en mesure d’exprimer ce regret. Car quand les Five Pawns sont bons, ils sont vraiment bons. Les boutiques qui proposent en test des liquides de ce prix sont rares et méritent que vous y fassiez un saut, comme on va chez le caviste pour une dégustation de cognac. Ces jus riches et souvent surprenants se vapent comme un bon alcool ou un bon cigare, un plaisir exclusif qu’on ne sort que pour les vrais amis dans les moments d’exception.

 

Profitez de 10% de réduction chez Le Petit Vapoteur avec le code liquidlove 
Castle Long
Lucena
Sixty-Four
Perpetual Check
Fifth Rank

 

Toutes les photos de l’article : © Liquid Love. 

Publicités

13 réflexions sur “Mixology, les nouveaux Five Pawns

  1. Encore une excellente revue agréablement argumentée
    Un regret que personne en France ne songe à importer les pack tests existants bel et bien sur le site US

    Aimé par 1 personne

  2. Merci beaucoup pour ton gentil message, Witness !

    Pour les pack tests, je n’ai pas la réponse. Je me dis juste que si personne ne le fait, c’est peut-être une volonté de Five Pawns plus que des distributeurs. J’ai déjà entendu dire que Five Pawns menait la vie dure à ses revendeurs.

    Si l’équipe de Ecig-shop, ou d’autres shops, passent par là, et qu’ils ont la réponse, les commentaires leurs sont ouverts.

    J'aime

    • Bonjour et merci pour ce retour et ces belles photos. Déja hâte d’organiser la prochaine 😉

      Concernant Five Pawns, nous (revendeurs) n’avons pas le choix de la contenance. La marque souhaite uniquement que les flacons en 30ml soient revendus en Europe.

      Bonne vape !
      Guillaume de Ecig-Shop.

      Aimé par 1 personne

  3. une excellente revue agréablement argumentée et je suis sur une des photos. Je suis honoré de ça 😉 Merci beaucoup 😉 et honnêtement le Fifth Rank est une tuerie.

    Aimé par 1 personne

  4. Coucou Hermann ! J’ai eu grand plaisir à te rencontrer à cette occasion. Merci beaucoup d’être passé sur le site ! Et merci de tes gentils compliments.

    Pour le Fifth Rank, ma foi… L’important c’est que ça t’ait fait plaisir ! 🙂

    J'aime

  5. Bonjour et bravo pour votre blog rafraîchissant, que j’ai partagé sur le forum suisse-romand.

    Nous sommes revendeurs FP et en effet les « samples » ne peuvent être vendus par les shops. Five Pawns se réserve la commercialisation du pack de test.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup, Luc, de votre très gentil message ! Je suis ravie que le blog vous plaise. C’est très gentil de l’avoir partagé.

      Je me doutais bien qu’il devait y avoir une question de politique de FP. C’est dans l’intérêt des vendeurs de proposer des test packs. On a appris quelque chose, merci !

      Je vous souhaite un beau dimanche.

      J'aime

  6. Pour ma part, vaporeuse très assidue depuis 5 mois, j’ai commandé directement sur le site Five Pawns les test packs disponibles. Ils charrient sur les frais de port, mais bon… (contrairement à Mister-e-Liquid, par exemple). Quand il arriveront, au moins, je pourrai tout essayer. Je m’en fais un vrai plaisir à l’avance, même si, avec mes goûts bien particulier (grande gourmande devant l’Eternel, ex-fumeuse exclusive de mentholées, ne supporte pas le Snake Oil, contrairement à tout le monde apparemment), je ne m’attends pas à tout aimer…
    Bravo à Claire/ CineMiam pour ce site unique en son genre, avec une mise en page aussi agréable que l’est la lecture des textes…

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour et merci de votre message… gourmand ! J’espère que vous reviendrez par ici nous donner votre avis sur ces bouteilles. Elles divisent, elles contrastent, mais elles ne laissent guère indifférent.

      Un grand merci pour vos gentils compliments sur le site.

      J'aime

  7. Pingback: Préambule de VDLV, vacances à la ferme | Liquid Love

  8. Pingback: Vapexpo : Liquides avant mutation | Liquid Love

  9. J’ai gouté mon Sixty Four.

    Alors aux premières vapes, il a provoqué le même effet que l’Over The Storm de Vaponaute. C’est déstabilisant, surprenant. C’est un liquide qui me demande plusieurs minutes pour le dompter. A chaque bouffée, il dévoile un peu plus ses secrets. Et il se fait une place de choix pour les papilles.
    Si les Alchemy me donnent la sensation de vaper du thé, ce Sixty Four me donne l’impression claire de vaper un alcool. L’article à beau prévenir qu’il ne s’agit pas d’agrumes frais, je me suis laissé surprendre. De la liqueur, c’est tout à fait ça. Avec cette note boisée. Le concombre et de la menthe apportent surtout leur fraicheur j’ai l’impression. Douce; discrète même il est vrai. L’aneth apporte de la subtilité. Five Pawns me surprend là. Après leur Castle Long aussi américain qu’excellent avec des saveurs amples, sucrées, qui explosent en bouche…boom je découvre qu’ils sont aussi capable de retenue, de subtilité élégante. Ce Sixty Four à un côté « à la française ».

    Un liquide radicalement différent de la globalité du marché. Je lui vois la même consommation qu’une liqueur: le plaisir de la dégustation. Je constate que j’ai bien raison de vous faire confiance :).

    J'aime

  10. « Alors aux premières vapes, il a provoqué le même effet que l’Over The Storm de Vaponaute. »

    On The Storm, pardon.

    J'aime

À vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s